Accueil » Blog » DPE D : une classe énergétique moyenne
Table of Contents

DPE D : une classe énergétique moyenne

DPE D
Sommaire
Le DPE de classe D est actuellement le plus fréquemment rencontré en France. Environ un tiers des habitations sur le territoire français présentent un DPE D. Cet examen démontre que le logement étudié n'est pas très économe. Ses frais et ses demandes d'énergie sont représentatifs de ceux de la majorité des ménages français. Bien que ces habitations ne soient ni performantes, ni médiocres, elles peuvent être améliorées pour atteindre une classe DPE C, voire DPE B. En effectuant des travaux de rénovation, vous pouvez réaliser des économies allant jusqu'à 80 % sur vos dépenses d'énergie !Apprenez en plus sur la quatrième classe du DPE !
Recevez jusqu’à 3 devis et économisez sur vos diagnostics immobiliers !

Courte vidéo sur comment améliorer son DPE

Classe DPE D : Qu’est-ce que la classe D du DPE ?

c'est quoi le DPE D
Google © – Capture d’écran DPE D

Le diagnostic de performance énergétique, ou DPE, est une analyse thermique essentielle pour estimer l’isolation et la consommation d’énergie électrique d’un bâtiment, en fonction de ses équipements et de sa composition isolante.

Ce diagnostic immobilier de référence est réalisé par un spécialiste certifié.

Une échelle de A à G a été mise en place afin de classer le logement selon sa consommation d’énergie. Avec :

  • A comme la classe la plus économe,
  • G comme la plus énergivore.

La classe D fait partie de la catégorie de logements aux consommations moyennes. Elle est la plus commune en France. Ces logements ne sont pas vraiment performants, mais ils ne consomment pas trop et leur confort de vie est plutôt satisfaisant.

Les travaux de rénovation sont une excellente façon :

  • D’améliorer son étiquette énergie,
  • D’augmenter son confort,
  • De réduire sa consommation.

Pour mettre en vente ou en location un bien immobilier, un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) est requis.

Ce bilan thermique est valide pour une durée de 10 ans et son coût se situe entre 100 et 250 €.

Source : particuliers.engie.fr ©

💡 Note du jour : La classe D du DPE compte pour 32 % des logements en France.

La classe D : un type de bien répandu en France

Selon construction21.org, les résidences principales françaises en 2023 sont très majoritairement composées de DPE de classe D (33,3 %). Sinon, le paysage français est composé de la façon suivante :

  • 6 % pour les classes A & B
  • 24 % pour la catégorie C
  • 21 % pour les DPE E
  • 15,7 % pour les classes F & G

Cette étude a été réalisée auprès de 37 millions de logements.

En général, les logements de type DPE D ont une surface > ou = à 60 mètres carrés. Un phénomène observé parmi toutes les classes énergétiques ayant une bonne performance (A, B, C). Il s’en trouve inversé sur les plus mauvaises (E, F, G).

En France, la classification DPE D a la part la plus importante. Elle couvre tous les types de logements (maisons ou appartements), qu’ils soient neufs ou anciens.

Précisons que les logements classés D sont de moins en moins nombreux dans les nouvelles constructions. Les unités plus récentes sont généralement plus performantes, car elles sont conformes à la RE 2020, par exemple.

repartition dpe annee de construction
Immo 7 ©

DPE D : Quelle consommation pour ce type de bien immobilier ?

  • Un logement ayant une étiquette énergétique D consomme entre 181 et 250 kWh d’énergie primaire par mètre carré et par an.
  • Les émissions de GES pour un logement de classe énergétique D s’élèvent à 31 et 50 kg de CO2 eq/m²/an.

Il va sans dire qu’un habitat plus performant en termes d’économie d’énergie, classé A, consommera moins de 71 kWh/m²/an et un appartement énergivore, classé G, plus de 421 kWh/m²/an.

Ainsi, la classe D du DPE se positionne dans la classe moyenne de l’ensemble de logements du parc immobilier français.

Durant la période s’étendant de 1989 à 2000, 44 % des habitations construites avaient été classées D par le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE).

Cependant, à partir de 2001, la majorité des constructions se fit autour des biens de classe C.

En 2013, la construction de propriétés de classe D a subitement décliné, au profit des logements de classe DPE A, DPE B ou DPE C.

DPE classe D : Pistes d’améliorations pour les logements classés D

comment améliorer DPE D
Jaqe © – Étiquette énergétique : améliorer son DPE D

Un logement dont la performance énergétique est en classe DPE D présente un avantage de premier ordre : il ne requiert pas de travaux de rénovation massifs, coûteux et complexes.

Pour améliorer le DPE et passer d’un logement de classe D à C (voire B), quelques modifications peuvent suffire.

Parmi les interventions les plus courantes pour améliorer le bien-être dans un logement classe D, on peut citer :

  • Le système de VDF (ventilation double-flux),
  • La substitution des menuiseries déjà présentes,
  • L’isolation de la toiture intérieure (combles) et du sol avec des dalles,
  • L’adoption d’un système de chauffage plus économe.

Les travaux visant à améliorer la performance énergétique des logements sont loin d’être superflus. Bien qu’il existe un grand nombre de logements de classe D, ceux-ci ne sont pas issus des constructions réalisées après 2012.

Suite à l’introduction de la RE 2020 et à l’obligation de réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) avant la mise en vente ou en location d’un bien, les nouveaux logements sont de plus en plus écologiques.

Cependant, il est relativement simple de réduire la consommation d’une habitation classée D et il est recommandé de s’y intéresser.

Classe D du DPE : vous pouvez bénéficier de subventions pour vos travaux de rénovation

Vidéo sur les possibles aides à la transition énergétique

Si vous possédez un bien immobilier dont l’efficacité énergétique est classée D, vous bénéficierez des mêmes primes et des aides que pour la rénovation d’un logement dont le niveau d’énergie est plus élevé.

Toutefois, vous ne pourrez pas profiter des bonus supplémentaires relatifs aux passoires thermiques.

Selon vos ressources et la région dans laquelle vous habitez, certaines aides pourront contribuer à réduire les coûts des travaux de rénovation énergétique nécessaires à ce bien immobilier.

  • Prime énergie,
  • Prêt à taux zéro / Éco-PTZ,
  • TVA réduite à 5,5 %,
  • Bonus “bâtiment basse consommation”,
  • Aides locales,
  • Certificats d’économies d’énergie,
  • MaPrimeRénov’.

Pour pouvoir bénéficier de ces aides, certains critères doivent être remplis. Les conditions varient selon le dispositif choisi. L’engagement d’un artisan RGE est indispensable pour la plupart des aides et pour vous assurer une exécution optimale des travaux.

DPE D : les conséquences d’un DPE classe D sur le prix de vente

Depuis le 1er juillet 2021, une nouvelle réforme a été mise en place concernant les diagnostics de performance énergétique.

Ainsi, le DPE répertorie désormais deux notes :

  • Les consommations d’énergie primaire,
  • Les émissions de gaz à effet de serre.

La classe énergétique de votre logement sera déterminée par la plus mauvaise des deux notes.

Par conséquent, si votre bien immobilier affiche une classe D pour les consommations d’énergie primaire, mais une classe E pour les émissions de GES, alors votre bien sera classé en DPE classe E.

Il serait prématuré de dire si la réforme DPE aura des conséquences négatives ou positives sur tous les DPE. Cependant, des spécialistes estiment que certains DPE pourront bénéficier d’une augmentation de leur statut grâce à cette réforme.

Malgré cela, si vous ne faites pas un nouveau DPE pour vérifier si votre habitation a un diagnostic énergétique D, vous prenez le risque de voir votre appartement ou maison passer dans la catégorie E (mauvaises performances).

En 2034, un logement de ce type (E) ne pourra plus être loué. Si vous êtes propriétaire occupant, vous n’êtes pas directement concernés par cette règle, mais une mauvaise classe énergétique affectera négativement le prix de la revente de votre bien.

DPE D : attention aux futures mesures restrictives !

mesures restrictives DPE D
Google © – Capture d’écran Google sur les mesures restrictives prévues pour les logements DPE

Aujourd’hui, certains propriétaires d’un logement classe D hésitent à entreprendre des travaux de rénovation énergétique. Leurs consommations sont raisonnables et leur confort de vie ne leur impose pas de réaliser des améliorations.

Cependant, la loi climat et résilience votée en août 2021 prévoit l’interdiction de louer un logement classe E à partir du 1er janvier 2034. Il ne répondrait pas aux critères de décence en matière de sécurité, de santé et de bien-être.

Tous les logements devront à ce moment-là être classés au minimum D. Si vous ne vous engagez pas dans un projet de rénovation de votre logement classe D, vous risquez à terme de vous retrouver dans une situation défavorable. Ne tardez pas à y penser avant que la loi ne vous y oblige !

En résumé :

  • Les biens immobiliers, étiquetés D, sont la quatrième classe la plus performante, derrière le DPE C.
  • Sa consommation en énergie est comprise entre 181 et 250 kWh/m² par an,
  • Les logements de catégorie D rejettent entre 31 et 50 kg de CO2eq/m²/an,
  • Il n’y a pas de choses structurelles qui nécessitent des travaux importants et dispendieux pour être rénovées,
  • Il est possible de disposer d’aides pour vos travaux de rénovations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *