Accueil » Blog » J’ai respiré de l’amiante que faire ? Symptômes, exposition
Table of Contents

J’ai respiré de l’amiante que faire ? Symptômes, exposition

Que Faire Inhalation Amiante
Sommaire
J'ai respiré de l'amiante que faire ? L'exposition excessive à l'amiante dans un appartement ou ailleurs demeure principalement un risque qui concerne les professionnels opérant dans l'industrie de l'amiante. Ou dans le secteur de la construction, spécifiquement lorsqu'ils effectuent des travaux impliquant des matériaux contenant des fibres d'amiante. Cependant, il est crucial de noter que des situations de contact para-professionnel, telles que le fait d'entrer en contact avec les vêtements de personnes exposées à l'amiante sont également envisageables. Dans tous les cas, en raison de la remarquable toxicité de cette substance, il est impératif de mettre en place des mesures appropriées pour minimiser les risques.
Obtenez les 3 meilleurs devis pour vos diagnostics immobiliers et économisez plus de 150 € !

Identification des éléments amiantés

La détection d’amiante au sein d’un matériau n’est guère aisée à l’œil nu, à moins que ledit matériau arbore explicitement la mention NT (Nouvelle Technologie), laquelle atteste de l’absence formelle d’amiante. Face à une incertitude, l’option optimale consiste à extraire un fragment du matériau en question et à soumettre cet échantillon à une expertise en laboratoire accrédité. La procédure d’extraction, particulièrement lorsqu’elle concerne de l’amiante volatil, impose une minimisation des dommages infligés au matériau.

“Dans les immeubles construits avant le 1er juillet 1997, le propriétaire ou le syndicat de copropriétaires a l’obligation de faire vérifier l’état des matériaux et produits pouvant contenir de l’amiante.”

Source : service-public.fr

Par ailleurs, il est impératif de : 

  • S’équiper d’un masque protecteur
  • De doublement emballer l’échantillon prélevé
  • D’utiliser une étoffe humidifiée pour éliminer les résidus potentiellement émis
  • De colmater le site de prélèvement 
  • De marquer explicitement le point d’extraction.

Étant donné les périls associés à la dissémination de fibres durant cette phase de collecte, il est vivement recommandé de déléguer cette tâche à un laboratoire accrédité .

Il est capital de dresser une liste rigoureuse des éléments amiantés, particulièrement si des interventions envisagées pourraient les endommager, libérant par conséquent des particules volatiles. Dans une telle éventualité, une élimination de l’amiante conforme aux normes est mandatoire avant d’entamer lesdites interventions.

De plus, l’élaboration d’un inventaire méticuleux concernant l’amiante est mandatée pour tout projet :

  1. Engageant la démolition d’une structure ou d’un ouvrage d’art surpassant les 500 m2 de superficie.
  2. Englobant une modification touchant une étendue excédant 500 m2.
  3. Incluant le désamiantage ou l’encapsulation de l’amiante, sujets à une autorisation préliminaire.

Qu’est-ce que l’amiante ?

Définition

Le terme amiante se réfère à une variété de minéraux constitués de structures fibreuses. Ces entités minérales, naturellement nichées au sein de formations géologiques à travers le globe, sont notamment présentes au Canada.

Les fibres d’amiante se caractérisent par leur flexibilité remarquable et leur robustesse pérenne. Elles s’allient à une résilience face aux hautes températures, ce qui les prédestine à des applications isolantes, que ce soit pour atténuer la propagation thermique ou phonique. Ces propriétés intrinsèques ont valu à l’amiante une prédilection dans les secteurs de la construction et de la réhabilitation.

Utilisation dans la construction

Sur les terres québécoises, c’est principalement au cours de la période s’étendant de 1930 à 1990 que les acteurs de la construction ont privilégié l’intégration de matériaux et produits infusés d’amiante. De ce fait, les édifices résidentiels érigés ou restaurés durant cette époque sont susceptibles d’abriter de l’amiante en divers points de leur structure.

Quelles sont les conséquences d’une exposition à l’amiante ?

ak90963ewm9kz8km

Des infections respiratoires

L’infiltration de l’amiante dans le corps humain se produit par le biais de son inhalation, ce qui engendre principalement des infections respiratoires. Par conséquent, une exposition à cette substance fibreuse peut induire le développement de diverses pathologies, dont notamment :

  • Le cancer du poumon, une maladie qui se situe actuellement parmi les principales causes de décès chez les individus ayant été en contact avec l’amiante.
  • Des plaques pleurales, qui se forment dans la cavité thoracique et sont liées à l’exposition à cette substance toxique.
  • Le mésothéliome, un cancer particulièrement agressif qui affecte la membrane entourant les poumons, mais qui peut également s’étendre au péricarde et au péritoine. Il est essentiel de noter que l’exposition à l’amiante demeure l’un des facteurs de risque prédominants associés à cette maladie mortelle.
  • L’asbestose, une maladie pulmonaire interstitielle qui résulte de l’inhalation prolongée de fibres d’amiante, entraînant une fibrose pulmonaire progressive.

Remplacement de l’amiante

dgopdhbwahht3en4
Remplacement carreaux de toit amianté – Source : DepositPhotos

🧠 L’info JAQE : il est à souligner que le remplacement de l’amiante, connu pour ses propriétés isolantes, peut être effectué par l’adoption de solutions alternatives, notamment l’utilisation de revêtements tels que la peinture anti-bruit. 

Quelles personnes présentent un risque d’exposition à l’amiante ?

L’exposition à l’amiante peut résulter de la manipulation de matériaux, qu’ils soient manufacturés ou d’origine naturelle, renfermant cette substance insidieuse. De plus, l’exécution de travaux visant à éliminer les déchets contenant de l’amiante peut également engendrer une exposition. De ce fait, les individus les plus exposés à ce minéral au sein de leur activité professionnelle sont notamment les suivants :

  1. Les travailleurs évoluant au sein d’entreprises spécialisées dans la désamiantage, exposés de manière régulière à ce matériau dangereux dans le cadre de leurs tâches.
  2. Les employés du secteur de la construction, du bâtiment et des travaux publics (BTP), qui peuvent être confrontés à l’amiante lors de la rénovation ou de la démolition de structures anciennes.
  3. Les professionnels de divers métiers, tels que les plombiers, les peintres et les électriciens, dont les interventions dans des infrastructures anciennes comportent des risques potentiels d’exposition à l’amiante.

Au-delà de ces catégories professionnelles exposées, il est important de noter que le reste de la population peut également être vulnérable à ce minéral fibreux. Les sources d’exposition pour ces individus sont variées. Ils peuvent inclure des appareils ménagers tels qu’une planche à repasser contenant de l’amiante. En outre, les résidents vivant à proximité de sites de transformation de l’amiante ou dans des habitations anciennes isolées contenant cette substance sont susceptibles d’y être exposés.

Il est impératif de souligner l’importance cruciale de l’étanchéité des habitations pour la santé et le bien-être de leurs occupants. Pour garantir l’étanchéité de votre logement, l’utilisation d’un tube de traversée de mur peut s’avérer être une solution efficace. Cette précaution contribue non seulement à maintenir un environnement intérieur sain, mais elle joue également un rôle essentiel dans la protection contre les risques potentiels.


✏️ Exemple : l’exposition à l’amiante est un risque sérieux pour la santé, en particulier dans le secteur du BTP (Bâtiment et Travaux Publics). Arthur doit donc prendre des mesures adéquates pour se protéger. Voici quelques recommandations pour lui :

Arthur doit s’assurer de recevoir une formation appropriée sur les risques associés à l’amiante et comment travailler en toute sécurité.
La compréhension des dangers associés à l’amiante est cruciale pour éviter une exposition inutile.

Avant de commencer un travail, il est essentiel d’effectuer une évaluation des risques pour déterminer si l’amiante est présent. Si Arthur n’est pas sûr, il devrait faire appel à un expert pour effectuer des tests.

Arthur doit porter un équipement de protection approprié, comme une combinaison jetable, des gants et des masques respiratoires adaptés (de type FFP3).
Le masque doit être bien ajusté et adapté à la taille du visage pour assurer une étanchéité optimale.

Enfin, il devrait utiliser des méthodes de travail humides pour réduire la production de poussières.

Comment réagir après une exposition à l’amiante ?

Conséquences de longs termes

De manière générale, il convient de noter que les conséquences d’une exposition à l’amiante ne se manifestent pas de manière immédiate. Par conséquent, en cas d’exposition prolongée à cette substance, il est impératif de recourir à l’avis d’un professionnel de la santé qualifié. Ce dernier procédera à une évaluation médicale rigoureuse à l’aide de techniques sophistiquées. Telles qu’un scanner thoracique, visant à détecter d’éventuelles plaques pleurales ou autres anomalies attribuables à l’exposition à l’amiante.

Dans l’éventualité où aucune anomalie n’est détectée lors de ces examens initiaux, il est préconisé d’instaurer un suivi médical régulier sous la forme d’examens de scanner effectués tous les cinq ans. Toutefois, en cas de constatation d’infections ou de maladies consécutives à l’exposition à l’amiante, une prise en charge médicale immédiate s’impose. Dans cette optique, les victimes de telles pathologies ont accès au fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) en vue de recevoir un soutien financier et une assistance appropriée.

Règlementations spécifiques

Afin de préserver la santé des travailleurs exposés au risque d’amiante, le gouvernement français a mis en place des mesures et règlementations spécifiques. Par conséquent, les employeurs ont l’obligation de sensibiliser et de former leurs salariés sur les dangers inhérents à l’inhalation de l’amiante. Aussi, ils sont tenus de prendre des mesures adéquates concernant la gestion et la manipulation des déchets contenant de l’amiante.

Avant 1997

De surcroît, les propriétaires de bâtiments érigés avant 1997 ont la responsabilité d’informer les occupants de la présence d’amiante dans le logement. Ils sont également soumis à l’obligation de surveiller attentivement les matériaux renfermant cette substance fibreuse, contribuant ainsi à la sécurité et à la prévention des risques liés à l’amiante dans l’environnement bâti.

6bpgg04goey28sih
Prélèvement amiante – Source : Freepik

Peut-on retirer l’amiante soi-même ?

Comment procéder ?

Si suite à un diagnostic, des éléments contenant de l‘amiante sont mis en lumière au sein de votre demeure, une première étape consiste à conserver votre sérénité.

Lorsque ces matériaux sont intègres, une option judicieuse pourrait consister à les préserver en l’état. En effet, leur enlèvement n’est nullement une nécessité impérieuse. Sauf dans l’éventualité où des interventions constructives sont à l’horizon, susceptibles d’altérer ces matériaux. Dans le cas contraire, leur élimination est recommandée.

Par ailleurs, en certaines circonstances, il pourrait s’avérer plus opportun de maintenir ces matériaux amiantés en l’état. Cela tout en prenant les précautions nécessaires pour prévenir toute libération de particules volatiles :

  • Confinement par encoffrement
  • Réparation ciblée, notamment à l’aide de bandes plâtrières
  • Encapsulation par l’intermédiaire de revêtements spécifiques, tels que certaines peintures.

Il est primordial d’indiquer clairement et de manière ostensible la présence d’éléments amiantés, notamment à travers un marquage adéqua. Cela afin de prévenir tout risque pour les personnes potentiellement en interaction avec ces matériaux (techniciens, par exemple).

Mettre en place une zone d’intervention sécurisée

La méthodologie de retrait des éléments amiantés dépend intrinsèquement du risque de diffusion de particules dans l’ambiance. Ce qui nécessite un isolement proportionné de la zone d’intervention.

Dans l’hypothèse où vous seriez en présence de matériaux non friables en quantités modérées (comme l’amiante-ciment, identifiable dans des éléments tels que les tuiles, les conduits ou les cheminées) et aisément démontables sans dégradation, vous pourriez envisager leur retrait de manière autonome.

Cependant, le respect de directives spécifiques s’impose, dont notamment :

  1. La délimitation sécurisée du périmètre d’action, le port d’un équipement de protection individuelle complet, incluant un masque FFP3.
  2. L’humidification du matériau en vue de minimiser la libération de fibres volatiles.
  3. Le recours à des outils manuels, prélevant les fragments un à un.
  4. Le conditionnement étanche des déchets, traités spécifiquement comme résidus dangereux.

⭐️ Les points à retenir
  • L’amiante présente des caractéristiques nocives pour la santé.
  • Une règlementation existe pour protéger les personnes qui en sont exposées dans leur travail.
  • Les personnes qui travaillent dans le secteur du BTP ont davantage de possibilités d’y être exposées.

Merci pour votre lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *